Les objets connectés remboursés par la sécurité sociale ?

1331 0
Assurance maladie

Les objets connectés vont-ils être bientôt remboursés par la sécurité sociale

L’Internet des Objets devient rapidement une réalité. Les études prévoient de 24 à 30 milliards objets connectés d’ici à 2020. En France, les objets connectés santé ont représenté 60% du marché des objets connectés portables en 2013. Ils révolutionnent notre quotidien, notre manière d’aborder notre propre santé et modifie la patient-médecin.

De l’e-santé (santé digitale) à la m-santé (santé mobile), ces nouveaux outils séduisent aussi bien les patients que les professionnels de santé. D’ailleurs, sur 4 000 applications de santé et de bien-être recensées en France, 60 % sont destinées au grand public et 40 % aux professionnels.

Dans un livre blanc Santé connectée, de la e-santé à la santé connectée, présenté en janvier 2015, le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) propose une série de recommandations, dont le remboursement des objets connectés.

Les recommandations du Conseil national de l’Ordre des médecins pour la santé connectée

Le CNOM distingue 6 recommandations :

– définir le bon usage de la santé mobile en concertation avec la Haute Autorité de santé (HAS), afin de « soutenir et renforcer la relation patient-médecin »

– promouvoir une régulation « adaptée, graduée et européenne » de cette santé connectée

– poursuivre l’évaluation scientifique

– veiller à un usage éthique de ces technologies

– développer la littératie numérique

– engager une « stratégie nationale de e-santé »

Un remboursement des objets connectés : à quelles conditions ?

Le CNOM estime cohérent d’envisager la prise en charge des objets connectés par la collectivité (c’est-à-dire la sécurité sociale), dès lors qu’on aura reconnu “leurs bénéfices sur la santé individuelle et/ou collective“.

Dans ce cas de figure, il faut pouvoir répondre à la méfiance de beaucoup quant à l’utilisation des données. Ainsi, une« déclaration de conformité » qui assurerait la confidentialité et la protection des données recueillies, la sécurité informatique, logicielle et matérielle et la sûreté sanitaire sécuriseraient la mise sur le marché des nouveaux outils de santé connectés. En complément, un « dispositif de vigilance » permettrait de faciliter les déclarations de dysfonctionnements. 

Non aux gadgets

Ce sont bien les professionnels de santé qui peuvent accompagner la prolifération des objets connectés et s’assurer qu’ils ont une vocation thérapeutique. Il s’agit de faire la différence entre ce qui relève du gadget et ce qui est essentiel. Cette distinction est d’autant plus cruciale dans une perspective d’investissement public et de remboursement par la sécurité sociale.

La révolution de la santé connectée n’a fait que commencer mais l’Internet des Objets est parfois vu comme une intrusion dans le quotidien, avec le risque d’en devenir dépendant. Si certains patients restent méfiants par rapport à l’utilisation qui sera faite de leurs données, d’autres ont peur de ne pas savoir s’en servir. Il s’agit pourtant d’une avancée considérable, tant sur le plan médical que sur le plan financier. La révolution se fera avec les professionnels et grâce aux professionnels, qui, eux seuls, peuvent généraliser les pratiques ainsi que proposer leur remboursement.

 

Sources :
http://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/cn_pdf/janvier2015/master/sources/index.htm
http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/securite-sociale/l-ordre-recommande-le-remboursement-des-objets-connectes-dont-les-benefic
http://www.rtl.fr/culture/web-high-tech/les-objets-connectes-de-sante-seront-ils-bientot-rembourses-par-la-securite-sociale-7776570011
http://www.generalisation-2016.fr/article/objets-de-sante-connectes-bientot-une-prise-en-charge-de-la-securite-sociale,9703
http://www.lamutuellegenerale.fr/le-mag-sante/prevention/objets-sante-connectes-utiles-aujourd-hui-indispensables-demain.html

About The Author