Les 8 mauvaises surprises quand on arrête de fumer

20972 0
Arrêter est encore plus dur que ce que l'on croit

Arrêter est encore plus dur que ce que l’on croit

Arrêter de fumer peut surprendre à plusieurs égards. Gare aux  mauvaises surprises !

Personne ne peut savoir ce qu’on endure quand on arrête de fumer…. à moins d’être passé par là ! Ca n’a rien d’agréable ou de facile, c’est le moins que l’on puisse dire. D’ailleurs, la difficulté ne vient pas toujours de là où l’attend. 

 

1- Les sensations de manque durent plus que quelque minutes.

Pour les moments où vous serez en manque, les gens vous donneront toute sorte de conseils. Ils vous diront que ça ne dure que 3 à 4 minutes et qu’il suffit de quelques trucs pour y remédier.

Les sensations de manque ne sont en générale pas passagères. Elles peut durer 10 minutes voire plus, jusqu’à ce que… vous en grilliez une.

2- Votre corps va vous mentir.

Votre cerveau reçoit parfois des informations erronées, notamment quand il s’agit de dépendance. Par exemple, on peut sentir les premiers symptômes du sevrage quelques minutes après avoir pris la décision d’arrêter. Pourtant, le corps n’est pas encore en manque de nicotine. C’est juste dans la tête !

3- Votre mémoire se modifie.

Encore le cerveau. La dépendance est si forte que les raisons pour lesquelles vous avez décidé d’arrêter commencent à devenir floues et lointaines. Sans même s’en rendre compte, certains fumeurs oublient le pacte qu’ils ont passé avec eux-mêmes et se donnent le droit de recommencer. Ils se trouvent toutes sortes d’excuses et ne se rappellent plus à quel point ils souhaitaient arrêter.

Ainsi, nombre de fumeurs arrêtent principalement pour des raisons de santé. Si en plus leur budget est restreint, c’est une motivation supplémentaire. Une fois qu’ils ont arrêté, s’ils leur arrivent d’avoir une rentrée d’argent importante, ils oublieront la véritable raison de leur arrêt. Ils seront persuadés qu’ils avaient arrêtés par manque de moyen. Comme ils disposent désormais d’un peu plus d’argent, il ne verront aucun inconvénient à s’y remettre.

4- Vous n’êtes pas si bien préparé.

Les moments où vous serez en manque de nicotine peuvent apparaître à n’importe quand et ne vous lâcheront pas les semaines qui suivent l’arrêt. Quand ils surgissent, distrayez-vous et concentrez-vous sur quelque chose d’autre. Mais ayez un plan B. Ayez même plusieurs plans B. Vous pouvez vous régaler avec un truc que vous adorez manger mais ça ne sauvera pas à chaque fois. Mâcher un chewing-gum. Faire du sport. Faire une sieste. Jouer sur votre téléphone…

Ne vous surestimez pas. Vous ne serez pas en bonne forme (insomnie, anxiété, toux,…). Ce ne sera pas facile de résister à la tentation de fumer.

5- Personne ne comprend vraiment ce que vous endurez.

D’un point de vue extérieur et notamment de la part de quelqu’un qui ne connaît pas de dépendance à la cigarette, il est difficile de saisir la difficulté et la particularité de ce que vit le fumeur qui arrête. Les gens vous féliciteront deux secondes d’avoir arrêté et reprendront leur vie comme si de rien était. Et vous, vous retrouvez seul, avec de moins en moins de nicotine dans le sang.

Même des proches incroyables prêts à vous encourager ne trouveront pas forcément les mots justes. On sait que ça part d’une bonne intention.

6- Ce n’est pas le bon moment pour arrêter de fumer.

Vous allez avoir la forte impression que ce n’était pas le bon moment pour arrêter. Sauf que… ce n’est jamais le bon moment. A chaque fois qu’un fumeur arrête, il se trouvera face à des adversités. Il se sent super mal, ce qui est tout à fait normal. Il y a des modifications neuro-chimiques dans le cerveau après la perte d’une source importante de dopamine.

7- Il n’y aura pas que de bonnes odeurs et des goûts plein de saveur.

Sans fumée, vos habits, votre maison et même vos mains sentiront bien meilleurs. Ils sentiront meilleurs mais seulement comparativement. L’odeur de la cigarette couvrait l’odeur réel et fumer affaiblissait vos sens. Malheureusement, une fois que vous avez arrêté, vous sentirez parfaitement tout ce qui a une mauvaise odeur. Même chose pour la nourriture.

8- C’est vraiment un cauchemar.

N’écoutez pas ceux qui vous disent qu’ils peuvent arrêter à n’importe quel moment ou pire ceux qui arrêtent et font semblant que c’était un jeu d’enfants. Peu de fumeurs réussissent à arrêter la première fois. Et ce n’est pas pour rien. Arrêter de fumer n’est pas facile. C’est physiquement et psychologiquement une rude épreuve.

N’est-ce pas mieux de se rendre compte qu’arrêter de fumer n’est finalement pas aussi douloureux et laborieux qu’on ne le croyait que l’inverse ?

About The Author