La cigarette électronique peut-elle être un médicament ?

1042 0
L'e-cigarette est-elle un médicament ?

La justice suédoise a tranché : toute e-cigarette contenant de la nicotine est un médicament. Selon les pays, la réglementation concernant la cigarette électronique n’est pas la même. Elle évolue en permanence.

Doit-on utiliser les cigarettes électroniques à des fins médicales ? Faut-il bannir les autres e-cigarettes, celles qui ne contiennent pas de nicotine ou ne sont pas approuvés comme médicament ?

La cigarette électronique : un médicament ?

En Suède, l’e-cigarette est autorisée pour des raisons de santé publique mais seulement la cigarette contenant de la nicotine. En effet, le composant nicotine actif peut être utilisé pour soigner la dépendance au tabac. Dès lors, la cigarette électronique devient un médicament qui ne peut être vendue sans autorisation de l’Agence nationale du médicament. Toute autre e-cigarette n’est pas autorisée et ne peut être légalement vendue.

Vers une e-cigarette médicament en France ?

En France, l’e-cigarette n’est pas considérée comme un médicament. Cependant, l’Académie Nationale de Médecine préconise ainsi l’émergence d’une e-cigarette « médicament ».

Dans son rapport, l’Académie stipule sans équivoque que “la toxicité de l’e-cigarette est bien moindre que celle du tabac fumé, car elle est amputée de celle des substances cancérigènes, de celle de l’oxyde de carbone et de la présence des aldéhydes volatils qui accroissent les effets recherchés de la nicotine. C’est donc un outil utile à la réduction de la mortalité, mais aussi de la morbidité tabagique.

D’autre part, le rapport fait un lien entre la cigarette électronique et la baisse des ventes de cigarettes ces dernières années. En effet, l’augmentation du prix des cigarettes ne suffit pas à l’expliquer. On constate une diminution à la fois des ventes de cigarettes mais aussi des recours aux traitements de la dépendance tabagique. Avant l’e-cigarette, ces traitements augmentaient systématiquement en même temps que les taxes dissuasives.

Il apparaît clairement que l’e-cigarette est plus efficace que les substituts nicotiniques traditionnels. C’est pourquoi l’Académie recommande de ne pas dissuader les vapoteurs de l’utiliser. Elle recommande par ailleurs les e-liquides dont le taux de nicotine dépasserait les 20mg/ml pour favoriser l’émergence d’une e-cigarette médicament permettant aux fumeurs « d’évoluer vers l’abstinence par le circuit pharmaceutique ».

Enfin, le statut de médicament permettrait à l’assurance-maladie de l’inclure dans le forfait de prise en charge du sevrage tabagique.

Comment encadrer l’e-cigarette ?

L’Académie recommande aux autorités la mise en place de dispositifs réglementaires qui encadrent la fabrication des vaporisateurs ainsi que leur distribution. Elle préconise :

  • le maintien de l’interdiction des produits aux mineurs
  • l’interdiction du vapotage dans les lieux publics
  • l’interdiction de toute publicité et promotion de la e-cigarette, sauf comme méthode d’arrêt… si celle-ci est reconnue.

Selon l’Académie, la composition précisée et contrôlée des e-cigarettes doit répondre aux normes de l’Association française de normalisation (AFNOR). Par exemple, les recharges devraient être exemptes de tout adjuvant influant sur la saveur, l’odeur ou le parfum puisque ce procédé constitue un moyen supplémentaire d’attrait et de dépendance, notamment chez les enfants et les adolescents.

 

Sources :
http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150306.OBS3995/en-suede-la-cigarette-electronique-est-un-medicament.html
http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2015/03/06/lacademie-nationale-de-medecine-en-faveur-dune-e-cigarette-medicament-_744116
http://www.ma-cigarette.fr/academie-nationale-de-medecine-le-cigarette-est-outil-utile-a-la-reduction-de-la-mortalite-de-la-morbidite-tabagique/

About The Author